L'iran, le pays à découvrir d'urgence

Nous vous disons tout sur nos impressions après deux semaines passées en Iran

" Car, lorsque je serai seul, tu resteras dans mon cœur "

- Hâfez de Shiraz, poète Persan, XIVème siècle

Aller en Iran, c'est aller au coeur de l'histoire. Actuelle (coucou Donald), antique avec la Perse et moderne avec la révolution islamique. C'est aussi rencontrer une culture et un peuple raffiné, d'une immense gentillesse et avec un sens de l'accueil qui ferait faire un AVC à un serveur parisien. Suivez-nous (Florian le fondateur de Soliroca et Pierre son mannequin du désert) pour la première partie de deux semaines mémorables.

(Attention, adresse incroyable à la fin de l'article)

L'arrivée à l'aéroport imam Khomeini donne le ton. Des drapeaux iraniens immenses, des photos de Khomeini et Khamenei encore plus immenses. Malgré toute la bonne volonté du monde, grâce à BFM TV, cela donne une impression étrange... Heureusement, cette impression d'être dans un lieu hostile se dissipe quand le chauffeur de taxi s'arrête sur la route vers Teheran pour... vous acheter une canette. Le ton était donné pour deux semaines de rencontres incroyables où la gentillesse des Iraniens ne cesse de nous surprendre.

Si Teheran est une ville hostile (bruyante, polluée, encombrée), les fresques de propagande sur les immeubles (très jolies au demeurant) font contraste avec la vie urbaine que l'on observe. Oubliez la burka afghane, les femmes et les filles sont majoritairement très ingénieuses pour faire de leur foulard un accessoires de mode. C'est bête, mais une des premières choses qui est en décalage avec l'idée que l'on se fait de la capitale de la République Islamique d'Iran est la coquetterie des femmes.

Mais pour intéressante que soit Teheran, nous avons fait le choix de partir rapidement vers Shiraz, la ville proche de Persepolis... Acheter un billet d'avion pour décoller le lendemain s'annonçait comme un projet à part entière pour la journée. Il aura fallu 1h pour nous faire guider vers une agence de voyage et acheter nos billets. Shiraz, Persepolis, nous voila.

Shiraz en quelques mots : une ville agréable, des mosquées superbes et, comme partout en Iran, des bazars qui, contrairement au Maroc ne sont pas des pièges à touristes, mais des sortes de centres commerciaux dans de vieux murs.

Persepolis est un choc. Même s'il ne reste pas beaucoup de vestiges parce qu'Alexandre le Grand a tout brûlé, il en reste suffisemment pour être saisi par l'ampleur du site. Une visite guidée est recommandée, pour comprendre la signification du lieu, les messages cachés dans les bas reliefs et les symboles présents partout sur le site.

Prévu pour accueillir les représentants des différents peuples composant l'empire Perse, tous les symboles démontrent la puissance du Roi et la volonté de vivre en harmonie et en paix. Persepolis fait partie de ces lieux, comme Pétra ou les temples d'Angkor auquels on ne peut pas rendre justice avec des mots ni des photos. La grandeur du site, la hauteur des tours, le soleil implacable du mois d'Août, tout concorde à vous donner un sentiment unique de grandeur. Plutôt que de mal vous décrire ce lieu, nous préférons vous dire : c'est un must see. Pour être totalement honnêtes, nous devons avouer que nous avons arrêté de prendre des photos pour profiter du lieu...

C'est aussi à Shiraz que nous avons eu la chance d'assister à la première rencontre entre un jeune homme et... la mère de sa petite copine. Un repas à la fois excellent, très intéressant et un peu étrange. Comment en sommes-nous arriver là ? Une discussion dans un jardin, une chicha, et nous voila le lendemain à acheter des patisseries à offrir à la maman qui nous invite pour avoir invité sa fille et son petit ami à diner la veille. Incroyable expérience.

Autre ville incroyable : Yazd. Une ancienne ville, aux portes du désert, dont le centre ville est constitué de maisons en terre cuite.

La ville est magnifique, quelques terrasses permettent d'en profiter au soleil couchant tout en dégustant une boisson fraîche à la fleur d'oranger. Le soleil écrase la ville et l'ocre des murs renforce cette impression d'être dans le désert. Deux expériences ont fait le charme de cette ville. Un petit déjeuner à 5H du matin, après 7H de bus, dans un restaurant du bazar. On rentre par une cuisine enfumée, moite... se demandant où l'on va atterrir, jusqu'à découvrir une salle élégamment décorée où les vendeurs du bazar prennent aussi leur petit déjeuner. Et une soirée à l'hôtel où certains amis des propriétaires sont arrivés... "en forme" et où nous nous sommes retrouvés à mettre de la house music dans la cour de l'hôtel. L'Iran n'est vraiment pas comme on l'imagine.

Ispahan, "le centre du monde" est une ville incroyable. Sa place centrale, immense (la deuxième plus grande du monde) est entourée par la mosquée, magnifique et immense, et les portes du bazar. Au milieu, un parc où les familles profitent de la verdure et les enfants jouent devant et dans les fontaines. Un lieu où l'on prend plaisir à venir et revenir pour profiter du calme, de l'ambiance et de la vue. L'autre quartier, moins connu, où il fait bon flâner le soir est le quartier (chrétien) arménien. Les arméniens ont été incités à s'installer par un souverain à l'époque de la construction d'Ispahan vers 1600, pour profiter de leur talent d'artiste. L'ambiance n'a rien à voir avec le reste de ce que nous avons vu : plus décontractée, plus vivante, plus mélangée... Même l'architecture est différente et la cathédrale trone au milieu du quartier. En creusant un peu, les jeunes nous disent qu'il y a une tolérance sur la consommation d'alcool des arméniens. Si elle reste interdite, ils ne risquent pas la même chose que les iraniens musulmans (et c'est écrit sur leur carte d'identité), la police n'est plus trop regardante depuis qu'Ahmadinejad n'est plus président. C'est là où après 3h de négociation intense nous avons acheté un superbe tapis des nomades Quashquaï.

Quelques anedoctes révélatrices de ce qu'est l'Iran :

  • Se faire aborder par un tatoueur gay nous disant que l'Iran est une dictature.
  • Apprendre que l'Iran rembourse à 100% les opérations de changement de sexe (oui oui, l'Iran).
  • Se faire offrir du pain dans une boulangerie par un client pendant que nous faisons la queue.
  • Se faire déposer en ville par un couple juste marié 1H après être arrivé à Teheran.
  • Voir un irlandais disparaître pendant 48H, s'inquiéter, et apprendre qu'il était invité à un mariage nomade dans les montagnes de Shiraz.
  • Se faire accompagner pendant 15 minutes par un vieux monsieur jusqu'à l'entrée d'un musée à Teheran.
  • Se faire inviter à boire le thé par une famille qui pic-nique dans un parc, ne parlant pas un mot d'anglais.

Last but not least, le désert

L'Iran contient d'immense désert. Et quoi de plus authentique que d'aller dans le désert en Août (on frole les 45°)?

Une seule adresse dans le désert de Mesr A FAIRE absolument : Pazirik ecolodge. Tenu par Victoire (une parisienne) mariée à un Iranien (très drôle), c'est le lieux idéal pour déconnecter. Une maison où l'on se sent chez soi au coeur d'un miniscule village, des hôtes au top, des paysages à couper le souffle, et des nuits sous la Voie Lactée... Ca se passe ici.

Vous aurez reconnu sur quelques photos la montre Splitsen que nous avons testée en conditions... hostiles. Parfaite pour ce genre d'escapade.

En conclusion : dépéchez-vous de prendre vos billets. Le pays est saisissant de contrastes, les iraniens très accueillants.

C'est clairement un pays d'où l'on revient en se disant qu'enfin, en voyage, on a touché du doigt la réalité des gens que l'on a croisé. Le rapport n'est pas le même que dans les autres pays que nous avons visité, le contact facile et les discussions très vites riches et intéressantes.

Alors, dépêchez-vous avant que Donald ne déclare la guerre à l'Iran.


Titre

What-ilike.com

Auteur

Super ton article. Il faudrait que j’ouvre une section “voyage” dans ma rubrique Magazine Lifestyle pour relayer ce genre d article .

Dis-nous ce que tu en as pensé

Les commentaires sont modérés avant publication